Aphorisme du jour

Tout homme devrait être assez intelligent pour mesurer combien il ne l'est pas assez.

dimanche 25 avril 2010

Misère, compassion, humanitarisme, socialisme, islamisme et chinoiseries

Socialisme et islamisme ont ceci en commun qu'ils prennent parti pour la pauvreté, sous couvert d'une compassion hypocrite et froidement calculée ; moins pour éradiquer cette pauvreté que pour la faire partager, au nom d'une égalité qui sombre chaque jour un peu plus profondément dans l'égalitarisme sous l'effet du nombre et d'un égoïsme atavique dont nul n'a jamais empêché la généralisation et la croissance.

jeudi 11 mars 2010

Humanité : de la déprime au suicide

 L'Homme paraît se distinguer des autres espèces connues, essentiellement par le degré auquel il a su pousser certaines de ses facultés : d'une part l'analyse et la réflexion qui, appliquées à ses propres conditions d'existence, lui en permettent la compréhension (?), d'autre part l'échange de ses savoirs par des moyens de communication toujours plus sophistiqués. Les experts de l'évolution semblent d'accord au moins sur ce dernier point. Quant au reste, les espèces dites inférieures sont-elles toutes dans l'impossibilité de percevoir leur condition et de la comparer à d'autres ? Aucun de leurs représentants n'ayant consenti à donner d'indications définitives sur ce point, avouons qu'il nous arrive de nous interroger sur ce qu'en toute discrétion notre chien et notre chat peuvent en penser. Il est par contre évident que seuls les humains disposent de moyens de communication tels que les leur offre un langage aussi évolué que le leur, appuyé par les techniques, les technologies et les outils dont ils ont su se doter pour stocker et véhiculer l'information sous de multiples formes.
Donnant ainsi, d’abord à eux-mêmes, l'affligeant spectacle de leur impuissance à juguler leurs pulsions les plus primitives et l'augmentation de leurs maux, les hommes ne peuvent assurément en éprouver – collectivement comme individuellement – qu'un profond sentiment de désespoir. Pour vivre cet état,